[Archives] Relents tunisiens d’ACTA

Le Parti Pirate tunisien et ses amis sont mobilisés contre l’inscription de la propriété intellectuelle dans la Constitution. Cet été, une campagne soutenue par le Département d’État américain, alertait les citoyens contre les « dangers » de la contrefaçon.

CLEF-Acta-Tunisie-episode-2-cc-owni-copie

Inscrire la propriété intellectuelle dans la Constitution tunisienne, en voilà une idée saugrenue et inquiétante qui mobilise le Parti Pirate local, T’Harrek et Fi9, deux groupes autonomes œuvrant pour renouveler la démocratie, et HackerScop, la coopérative de travailleurs montée par le hackerspace de Tunis. Ce samedi, ils organisaient une table ronde de sensibilisation avec des cinéastes et des vendeurs de DVD. Elle fait partie de leur contre-opération, baptisée “el fikr mouch milk”, “l’idée n’est pas une propriété”.

Actuellement, le pays est en transition. Suite au départ du dictateur Ben Ali en janvier 2011, une assemblée a été désignée pour rédiger une nouvelle Constitution, avec le 23 octobre dernier comme date butoir. Si l’objectif n’est pas complètement atteint, une partie a déjà été dévoilée. L’article 26 est clair :

La propriété intellectuelle et littéraire est garantie.

“On sentait que ça venait de l’extérieur”

Cet été, les Tunisiens ont vu surgir une “campagne nationale de sensibilisation sur la contrefaçon en Tunisie”, Bidoun taklid, littéralement “sans contrefaçon”. Mais ce n’est pas un plagiat de la chanson de Mylène Farmer. Empreinte de main rouge sang en guise de logo, fond noir et gris anthracite, musique du spot radio dramatisante, la Tunisie a aussi peur que la France de Bruno Gicquel.

Azza Chaouch, membre de hackerspace.tn et étudiante en droit, se souvient :

On ne comprenait pas d’où ça venait, en Tunisie, la contrefaçon fait vivre plein de monde, veulent-ils plus de chômeurs ? Et ils ont mis les moyens : il distribuait des tracts à la gare, avec du beau papier, ils ont un site. On sentait que ça venait de l’extérieur.

De fait, ça vient en partie de l’extérieur. Lancée officiellement par le Centre des jeunes dirigeants  de Tunisie (CJDT), a reçu le soutien du bureau méditerranéen du Middle East Partnership Initiative. Le MEPI, qui n’a pas répondu à nos questions, tout comme le CJDT, est un outil du soft power américain financé par le Départment d’État américain. Logique, selon Slim Amamou, l’emblématique figure de la révolution tunisienne, membre du Parti Pirate :

La propriété intellectuelle est une politique d’État pour les États-Unis. Les ambassadeurs américains sont tenus de présenter un rapport chaque six mois sur l’avancement du pays dans lequel ils sont en termes de propriété intellectuelle.

Et de pointer vers un des câbles diplomatiques fuités par WikiLeaks sur le climat de l’investissement début 2010. Il souligne les efforts de la Tunisie pour rentrer dans le rang :

Bien que le concept et l’application de la protection  de la propriété intellectuelle en soient encore à leurs débuts, le gouvernement fait des efforts pour susciter une prise de conscience et a accru son effort de régulation dans ce domaine.

Car la Tunisie est un pays où la contrefaçon de biens matériels fleurit, ce qui lui vaut d’être sous la pression depuis plusieurs années de la part de l’OMC. Le pays est en effet membre de l’Organisation mondiale du commerce depuis 1995, organisme international où les États-Unis pèsent de tout leur poids. La législation a déjà évolué dans son sens avec une batterie de lois en 2001.

Et son soutien direct n’est pas nouveau. Le câble évoque “une initiative soutenue par le gouvernement américain, mise en œuvre par le ministère du Commerce, en lien avec le United States Patent and Trademark Office  (USPTO) [qui] fournit une formation aux fonctionnaires dans le champ du renforcement de la régulation de la propriété intellectuelle.” Et d’enchainer sur l’annonce d’une nouvelle législation dans le sens des États-Unis.

Faire peur

La chute de Ben Ali ne semble pas avoir diminué l’influence états-unienne dans le domaine. L’argumentaire rappelle celui d’ACTA, le traité anti-contrefaçon initié par les États-Unis et le Japon, négocié en secret, jugé liberticide et rejeté à ce titre par le Parlement européen cet été. De façon habile, la culture n’est pas pour le moment dans leur collimateur : “notre campagne s’intéresse seulement a la contrefaçon de marques mais pas encore à la contrefaçon des autres matières de la propriété intellectuelle.”

En revanche, il met en avant les dangers pour la santé et la sécurité des consommateurs, plus à même de toucher le quidam :

Pour le consommateur la contrefaçon présente de grands dangers notamment sur sa sante et sa sécurité en fonction des produits contrefaits qu’il consomme ces produits peuvent aller des médicaments contrefaits aux jouets et pièces de rechange automobiles aux produits cosmétiques, d’électroménagers, d’habillement ou alimentaire qui ne respectent aucune norme de qualité.

L’impact économique est aussi souligné : “La contrefaçon se traduit par une perte de chiffre d’affaire et de bénéfice et par conséquent elle se traduit par une baisse de la rentabilité et la perte de certains marchés”, etc.

100 000 familles concernées

Par principe, le Parti Pirate est hostile à la notion de propriété intellectuelle. Slim martèle :

D’abord la propriété intellectuelle comme concept c’est une aberration. Ils veulent faire passer des gens qui copient pour des voleurs. La copie est un droit humain depuis le début de l’humanité. Point.

Quant à l’argument économique, encore faut-il connaître la nationalité des entreprises concernés. Pour les opposants au projet, cette inscription dans la Constitution ne ferait qu’aggraver l’économie déjà en berne :

Il est difficile de dénombrer le nombre exact des familles touchées par cette loi, mais nous savons qu’un minimum de 100 000 familles sont dépendantes de ses petits commerces qui vivent de la vente de DVD, ou de la vente des démodulateurs TV, ou encore des produits dérivés à bas prix venus de Chine reproduisant des technologies autrement trop coûteuses pour le marché tunisien.
Plus largement, les étudiants n’ont pas les moyens d’acheter des livres et apprennent grâce aux photocopies, et le public tunisien n’a pas les moyens de s’offrir les DVD originaux des grandes multinationales vendus à un prix exorbitant.

Pour échelle, le kebab vaut là-bas quatre fois moins cher qu’en France, alors acheter des titres sur iTunes… Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que le centre commercial Galerie 7 et ses boutiques fleurant bon la copie de DVD ait pignon sur rue.

Capture-d’écran-2012-11-05-à-12.10.45

“Je ne m’habille plus, je ne regarde plus rien, ironise Azza. On gère notre quotidien grâce à la contrefaçon. Déjà aux États-Unis, ce n’est pas logique, alors ici… Comme dit Godard, ‘pour faire des films, il faut voir des films.” La citation ne déplairait pas à JLG, grand pourfendeur de la Hadopi.

Ses confrères tunisiens sont les premières cibles de cette contre-campagne, “parce que c’est le plus médiatique et parce que les cinéastes sont les plus virulents défenseurs de la propriété intellectuelle, justifie Slim Amamou. Nous avons commencé par faire du porte-à-porte chez les vendeurs de DVD. Nous leur avons fait signer une pétition contre la propriété intellectuelle”.

De la journée d’échange, il est sorti “une recommandation pour le secteur qui satisfait les cinéastes et évite la propriété intellectuelle”, se félicite l’activiste. Azza renchérit :

Il faut penser la Tunisie et pas imposer un modèle étranger.

“Introduire la notion de Propriété Intellectuelle dans la Constitution à pour unique but de faire disparaitre ce tissu économico-culturel, renchérit Slim, pour mettre en place un nouveau tissu sous le contrôle des multinationales.”

Durcissement ou pas, une chose est sûre : le site de Bidoun ne risque pas d’être pompé. Sauf à être fan de l’esthétique web des années 90.


Article initialement publié sur Owni.fr

Image Cédric Audinot pour Owni.fr

[Archives] L’an II de l’hacktivisme tunisien

CLEF-hacker-tunisie-revolution-democratie-2-0-cc-cedric-audinot-owni

La communauté hacker tunisienne a initié de nombreux projets dans l’élan révolutionnaire de 2011. Mais derrière, les troupes ne suivent pas vraiment. L’heure est maintenant au recentrage pour que les espérances se concrétisent, enfin.

“Ce mercredi, je pars en Suède, développer Le Parti 2.0, mon projet de cyberdémocratie locale, l’Université de Malmö m’a accordé une bourse pour recevoir une formation”, nous annonce avec son sourire doux Aymen Amri, alias eon. Tee-shirt affichant le célèbre masque des Anonymous, ordinateur flanqué d’une tripotée d’autocollants hacktivistes, ce jeune Tunisien qui coordonne le premier hackerspace du pays veut voir dans cette opportunité la preuve que la communauté hacker locale ne s’est pas endormie sur son élan révolutionnaire.

Car les derniers mois donnent l’impression d’un certain essoufflement. “Nous nous sommes dispersés”, reconnait eon. “Nous avions plusieurs activités en parallèle, poursuit son ami Sarhan Aissi, aka Tux-Tn, nous avons dû en laisser certaines, n’ayant personne derrière qui suivent et qui participent.”

“L’euphorie du moment”…

Après la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, de nombreux projets ont été en lancés : le Parti 2.0 de Aymen et hackerspace.tn donc, ce dernier d’abord sous la houlette de Chemseddine Ben Jemaa aka Kangoulya ; le Chaos Computer Club tunisien, du nom de son célèbre et puissant homologue allemand ; OpenGov.tn, et OpenTunisia, des plates-formes qui s’inscrivent dans la lignée des projets de gouvernance ouverte et transparente ; TelecomixTN, inspiré de Telecomix tout court, qui défend la liberté d’expression ; et même un vrai parti, le Parti Pirate tunisien, affilié à ses homologues européens. Aymen rappelle le contexte :

La communauté existait déjà avant la révolution, sans être structurée, chacun était dans son coin. On se rencontraient sur IRC1, les mailing lists, Mumble2, c’était un mouvement perpétuel pour échapper à la surveillance.

Mais après le 14 janvier,  il a été très facile de créer une association.

aymen-amri-portrait-tunisie-mai-2012-019

Aymen Amri en mai 2012 à Tunis (DR)

Une “euphorie du moment”, pour reprendre l’expression de Tux-Tn, bien compréhensible. Mais la multitude des projets recouvre une poignée de personnes, qui peuvent enfin revendiquer le terme “hacker”, et non plus se cacher derrière le nom rassurant de “partisans du libre”. Un noyau dur qui peine encore à avancer.

Sans hackerspace fixe

Au début, il est question de créer des hackerspaces en lien avec des associations déjà existantes, tout en gardant l’autonomie. Hackerspace.tn ira ainsi poser ses ordinateurs chez Nawaat, emblématique blog collectif tunisien où s’exprimait l’opposition, avant d’en partir au printemps.

Et depuis, le hackerspace change de lieu chaque semaine, ce qui n’aide pas à progresser. Quant aux participants présents, “ça peut aller jusqu’à dix, comme ça peut être trois… “, détaille Aymen. Un open gov très, trop, resserré. Récemment, un des membres a envoyé un lien sur IRC vers le hackerspace design patterns, un précieux mode d’emploi pour monter et faire vivre ce type de lieu. “Deux ans après, pas trop tôt”, soupire fo0, un hacker français membre de Telecomix.

L’euphorie est d’autant plus grande que l’hacktivisme en Tunisie est le centre de l’attention dans le monde entier. OpTunisia, une opération de contournement de la censure menée par les Anonymous, a fait “le buzz”, comme dit Aymen. Cette avant-garde numérique se retrouve subitement entourée avec bienveillance.

En janvier 2012, le 4M réunit ainsi à Tunis la fine fleur franco-tunisienne des médias et du hacking, en partenariat avec CFI, Canal France International, une émanation du ministère des Affaires étrangères qui fait de la coopération sur le terrain des médias. Il est question de faire un espace co-working, sur le modèle de La Cantine. En avril, Richard Stallman, le gourou du logiciel libre, donne des conférences et fait la nique à Bull, qui a vendu des solutions aux dictatures arabes pour espionner les citoyens via sa filiale Amesys. Le Parti Pirate fait même son entrée, controversée, au gouvernement : Slim Amamou, une figure de l’opposition, devient l’éphémère secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports du gouvernement tunisien.

Mais depuis, pas grand chose de concret. La semaine dernière, Ounis, membre du hackerspace, déplorait sur IRC :

Nous essayons de sauver ce qui peut être sauvé. Nous planifions une réunion IRL le week-end prochain, Incha’ Allah
Je suis inquiet au sujet de ce que tu appelles “le noyau dur”. Nous ne sommes plus réactifs au sein de la communauté. Je ne veux pas que les efforts dépensés soient perdus.

Il suffit de jeter un œil sur les sites en question, ou au canal IRC, aussi désert que Tunis le premier jour de l’Aïd El Kebir (quelque chose comme la Moselle un 25 décembre, le froid en moins), pour constater qu’Ounis ne joue pas les oiseaux de mauvais augure.

Décalage

Mais il suffit aussi de trainer un peu dans la médina de Tunis pour constater le décalage entre les aspirations des hackers et les gamins pauvrement vêtus qui jouent dans des odeurs plus ou moins prégnantes de poubelles en décomposition, entre deux maisons aux peintures abimées pour une rénovée.

Heather Brooke, l’auteur de The Revolution Will Be Digitised, comparait dans The Guardian les hackerspaces aux cafés anglais du siècle des Lumières : un endroit de réflexion pour préparer les démocraties de demain, s’appuyant sur la participation d’une classe moyenne qui a accès librement à l’information.

Cela est sans doute vrai dans des pays comme l’Allemagne ou les États-Unis. Mais pour trop de Tunisiens, il semble évident que les soucis premiers sont ceux de base : travailler pour manger, s’habiller, avoir un logement décent. Le taux d’illettrisme est encore d’environ 20%. Alors l’Open Data… Et les débats sont surtout vifs à propos de la religion, en particulier depuis qu’Ennahdha, le parti islamiste, a remporté les élections en octobre 2011. Aymen acquiesce :

Parfois, nous sentons que nous sommes trop loin des intérêts des gens mais on essaye de rapprocher au maximum d’eux.

Le règne de Ben Ali n’a pas laissé sa marque que sur la situation socio-économique du pays. Le jeune homme plaide et espère :

Il manque la motivation, il n’y a pas vraiment  de volontariat, du temps de Ben Ali, les gens avaient peur de s’investir. Nous sommes dans la première année de démocratie, c’est pas vraiment facile mais il y a des gens qui veulent travailler.

Tux-Tn tient aussi à souligner les lenteurs de leur administration : “la création de l’association, la mise en place de l’infrastructure et les services ont pris beaucoup de temps, il faut prendre en compte la rapidité de l’administration tunisienne, pire qu’un modem 56K.”

Incubateur de start-ups collaboratif

Bref, c’est l’an 2 de la révolution, et si la gueule est un peu de bois, la petite communauté s’accroche. L’éparpillement appartient désormais au passé : un recentrage a été opéré sur le hackerspace, avec la création d’une structure mixte lucratif/non lucratif, Hackerscop.

Comme dans d’autres pays d’Afrique ou en Chine, hacker rime avec incubateur, impératif économique oblique : le lieu est utilisé pour aider l’éclosion de start-ups en mode collaboratif.

Avec derrière, l’idée de développer une économie autour du logiciel libre, avec le soutien d’une société de services en logiciels libres (SSLL), l’équivalent des SSII. “La priorité est d’organiser l’assemblée générale de l’association et de la mettre sur les rails”, souligne Tux-Tn. Se fixer et acheter du matériel figure en haut de la to-do.

they-fight-you-surf-internet-tunisie-hackerscope

La question de l’organisation, centrale, est aussi remise en cause :

On était un peu désorganisé, on ne voulait pas travailler dans un cadre hiérarchique, chacun participait librement. Il faut remettre de la hiérarchie, pour une meilleure efficacité peut-être. Nous divisons maintenant les tâches, et nous continuons d’essayer de recruter via des conférences et des événements liés au logiciel libre.

De son côté, Aymen collaborera avec le Parti Pirate sur son projet. La formation politique se présentera aux élections de 2018 et travaillera sur le droit citoyen d’accès à Internet, un axe complémentaire du Parti2.0.

Renfort de France

Le renfort vient aussi de France. L’association Action tunisienne développe ainsi avec eux un projet de maison populaire, au Bardo, dans la banlieue de Tunis. Hamza Abid, le vice-président de l’association, détaille son contenu :

Notre ambition est de créer un lieu de vie où les citoyens auraient à disposition un endroit pour s’initier à l’informatique (hackerspace, cryptoparty avec les hackers tunisiens qui se déplaceraient..), aux arts plastiques pour les enfants et les plus jeunes, alphabétisation pour les personnes âgées, club “sciences”, sensibiliser les Tunisiens pour qu’ils connaissent leurs droits, etc, et tout autre domaine qui les intéresserait. Notre rêve serait que cette maison populaire soit autogérée et autonome, que les personnes se l’approprient et y trouvent un intérêt réel.

fo0, très impliqué dans le projet, détaille leur marche à suivre, à la cool :

Cela se fera au feeling, aux rencontres, je vais faire deux aller-retours à Tunis tranquille, dont un avec Hamza plus ou moins prévu en janvier, toujours dans l’idée de susciter des initiatives. Ensuite si ça débouche sur dix gus dans un garage tunisien qui font des choses ❤


Billet initialement publié sur Owni.fr

Illustration par Cédric Audinot pour Owni.fr
Autres photos via Aymen Amri

[Archives] Africa: the new cradle of hacking

Until recently spaces in Africa for hackers to meet and build creative communities have been in short supply. But the success of Maker Faire Africa could change all that, in a continent in search of new solutions to old problems.

africa-makerfaire-hacker-2-e1318325519813

A hackerspace is a meeting place for hackers, those folk who make creative use of technology. They are virtually absent in Africa, with less than a dozen in the whole continent. By contrast they are blossoming in the rest of the world, in the West but also in South America and Asia.

But it’s a situation that could change soon, judging by the success of the most recent Maker Faire Africa which, along the lines of its western counterpart, gathered together hundreds of makers (those believers in the church of DIY, and a group with close ties to the hacker community) from across the continent in Cairo, Egypt. “There was enormous enthusiasm,” explains Emeka Okafor, one of the event’s organizers. “This (event) alone shows that there is an appetite for hackerspaces and makerspaces.”

maker-faire-africa

It’s this enthusiasm which bodes well for the future of those who do-it-themselves on a continent ready made to embrace the concept. DIY here is not a fad for bourgeois geeks; economic underdevelopment makes it a necessity. “Here in Africa, people really do invent and build things from scratch,” says Tarek Ahmed, who created Cairo Hacker Space. “In Europe and the United States hackers are luckier, they don’t really have to worry about a whole lot.”

Hackers who don’t know they’re hackers

Several factors can explain the current low profile of hacking on the continent.

Hello Sabine, I’ve got intermittent Internet.

That was the reply I got from Emeka to my request for an interview over Skype. Despite the success of cyberactivism in the Maghreb countries, we shouldn’t forget the poor quality of Internet connection in Africa. Without question a hackerspace is currently regarded as something of a luxury, despite often sharing roots and aesthetics with the squat movement, as well as a love of DIY repair. “The hackerspaces are a relatively new phenomenon that tend to emerge in quite affluent societies with above average incomes,” explains Emeka Okafor.

“The answer is simple,” adds Ahmed Tarek, “we don’t know what (hacking) is! And actually, here in Egypt I find some hackers and hackerspaces who don’t realise that that’s what they are.”

“We are always looking for funding for the years ahead,” continues Bosun Tijani, founder of Nigeria HUB – Co-creation Hub. “A hackerspace is difficult to run as a purely commercial enterprise. The ones you find in Africa are run as non-profit social enterprises. Attracting investment is difficult and requires a good understanding of funding sources and social enterprise models. But the most successful trial cases are coming out of Africa, so there will be more and more.”

“In places where there’s unemployment, people may automatically think that it’ll be a challenge to start an organization that has fixed monthly expenses (rent, electricity, Internet),” continues Mitch Altman, founder of the Noisebridge hackerspace in San Francisco. “And in truth, it is energy intensive, expensive and sometimes there’s a stigma attached to setting up a hackerspace in certain democracies.”

That stigma, which sometimes exists in Europe and the United States, is present on a continent known for its dictators and authoritarian regimes. “Certainly when people fear their government it makes them cautious about being seen as belonging to a group that does creative projects together,” suggests Mitch Altman.

A thousand flourishing hackerspaces

For Mitch Altman, the economics are not an obstacle. “What people are beginning to realize all over the world is that in poor countries the monthly expenses are low, and therefore to start a hackerspace is actually easier in poor areas. That’s why right now there is a lot of interest. Since we scheduled our trip less than a month ago, a lot of people have contacted me saying they want to start a hackerspace in Africa.” It’s a view that Tarek Ahmed supports:

We need hackerspaces more than anywhere else, because they’re perfect for countries with economic problems.

hackerspaces

And if the spaces are easy to set up, the momentum should start to build. “Access and community collaborative spaces are the key to the development of hackerspaces,” believes Emeka Okafor. “Creative & reflective are moving in to accept the challenge,” adds Mitch Altman. “When the opportunity exists to get together in supportive communities, people see that they can help, and want to help. Around the world, including in countries where authoritarian leaders are losing their power, hackers find ways to come together and maintain communication when their leaders cut the infrastructure. This kind of fraternal approach tends to strengthen the community, so the hacker scene will grow faster in countries like Egypt and throughout the Arab Spring.”

Pragmatic hacking

Bosun Tijani emphasises a less grandiose role of hackerspaces: to be places where concrete solutions to real problems are developed.

We have many hackers here that reinvent the wheel. Our way of encouraging them is to get them to focus on real problems. The best way (to do that) is to put them with people who understand those real problems; that’s our raison d’être. The interest in developing hackerspaces demonstrates that they can be brought to Africa. We need to cultivate a culture of using knowledge in the context of local problems, and hackerspaces encourage the implementation of this knowledge in finding new ways to solve problems.

That includes projects like Ideas 2020. On this crowdsourcing platform, citizens post their ideas for “The Vision: By 2020″, which intends to make Nigeria one of the 20 world powers by 2020.

“For hackerspaces based in Africa, practicality and relevance must be part of the equation. Their basic goal should be to be more pragmatic,” continues Emeka Okafor. “There’s a chance that the people we see on Afrilabs (a network of technology incubators) will propagate hackerspaces, through their involvement in open source hardware.”

africa-makerfaire.hacker-1-e1318325708140

The egg bot by Evil Mad Scientist

It’s a practical view which no doubt explains why the few hackerspaces there are actually listed as co-working spaces, in line with the “real” world, cognisant of business and not referring to themselves as hackerspaces. It’s the case with Nigeria HUB – Co-creation Hub. It wasn’t to avoid scaring people with the term “hacker” that they chose that particular name, as Bosun Tijani explains:

(The term) hackerspace for us means more a space for geeks, and we’re more concerned with the way in which Nigerians can co-create solutions to social problems by using technology. So the focus is more on the problems that are addressed, the collective intelligence of people, and using technology as a tool. We believe that focusing on real problems and needs will help us to create technological tools that can be used for real problems and also to promote the power of technology. So HUB – Hub Co-creation is not just for geeks and engineers but also for entrepreneurs, teachers, doctors, investors and anyone interested in how technology can help provide ideas about potential uses to address social problems.

Arab Spring countries, Kenya, Nigeria …

In addition to the countries of the Arab Spring, Emeka Okafor also sees great potential in sub-Saharan countries like Nigeria, Kenya, Ghana, Ivory Coast and Uganda: “They are young, enthusiastic, curious about technology and relatively liberated.” We’re  betting on Kenya in particular, which is in the middle of a technology boom, a stark contrast to the cliched image Westerners would have us believe. It was here that Ushaidi, a crisis monitoring platform, was developed.

Africa-makerfaire-affiche-hacker-550x589-e1318325591815

Thanks to the global network, help will also come from Western countries, in the shape of people like Mitch Altman and Bilal Ghalib (from All Hands Active hackerspace in Ann Arbor, MI), who successfully launched a fundraising campaign which allowed them to come and play Santa Claus:

“We’re here to share our long experience with anyone who wants to set up a hackerspace in their city. One of the great benefits of our Kickstarter campaign was getting the word out. Before MFA we held two meetings on hackerspaces, to prepare people for setting up or joining a hackerspace, and there will be two more before we leave. I taught around 300 people how to solder during a three-day workshop, with kits and soldering irons purchased with the donated money. The new hackerspace in Cairo assembled the MakerBot, donated by MakerBot Industries, as well as the Egg-Bot, donated by Evil Mad Scientist – and they were used in 3D printing workshops. Minal has given workshops in fabric painting. Bilal gave several Arduino workshops with Arduino donated by a new local electronics store, Future-Electronics.”

And after reading the words of Tariq Ahmed, it’s tempting to agree with Altman’s enthusiasm.

Our grandparents built great things like the pyramids, then everything stopped. But we will bring back the greatness in Egypt.


Photos of Makerfaire Cairo from Mitch Altman [cc-by-sa]
Official festival ilustrations available via http://makerfaireafrica.com

Initially published on Owni.eu

[Archives] L’Afrique, berceau de la bidouille

Traversée par la tradition de la bidouille, l’Afrique manquait jusqu’ici de lieux où développer cet esprit. Mais le succès du Maker Faire Africa augure de la création d’une ambitieuse communauté de partage entre makers et hackers du continent.

maker-faire-africa

Même pas une dizaine : les hackerspaces, lieux de rencontre pour les hackers, ces gens qui font usage créatif des technologies, sont quasiment absents de l’Afrique. Ils fleurissent pourtant dans le reste du monde, dans les pays occidentaux, mais aussi en Amérique du Sud ou en Asie.

Une situation qui devrait vite évoluer, à en juger par le succès du dernier Maker Faire Africa, qui, sur le modèle de ses cousins occidentaux, a rassemblé la semaine dernière des centaines de makers (« faiseurs », adeptes du Do It Yourself ou DIY, « fais-le toi-même », communauté proche des hackers) de tout le continent au Caire, en Égypte. « Il y a eu un énorme enthousiasme, explique Emeka Okafor, un des organisateurs. Cela seul montre qu’il y a un appétit pour les hackerspaces et les makerspaces. »

africa-makerfaire-hacker-2-e1318325519813

Une effervescence qui augure de lendemains qui bricolent sur le continent, tant le terreau est fertile : sous-développement économique oblige, le DIY n’a rien d’une lubie pour geek embourgeoisé, c’est un passage obligé. « Ici en Afrique, les gens inventent vraiment et construisent des choses à partir de rien, analyse Tarek Ahmed, qui vient de créer Cairo Hacker Space. En Europe et aux USA, les hackers ont plus de chance, ils n’ont pas à se soucier de tout un tas de choses. »

Des hackers qui s’ignorent

Plusieurs facteurs expliquent une présence pour l’instant timide.

Hello Sabine I’ve got intermittent Internet.

C’est ce que m’a répondu Emeka à ma demande d’interview par Skype. Le succès du cyberactivisme dans les pays du Maghreb ne doit pas faire oublier la mauvaise qualité de la connexion. En clair, un hackerspace, c’est pour le moment un truc de « riche », en dépit d’atours souvent roots, esthétique du squatt et amour de la réparation : « Les hackerspaces sont un phénomène relativement nouveau qui tend à émerger dans des sociétés assez aisées avec un revenu au-dessus de la moyenne », précise Emeka Okafor.

« La réponse est simple, renchérit Tarek Ahmed, nous ne savons pas ce que c’est ! Et en fait, je trouve ici en Égypte des hackers et des hackerspaces qui ne savent pas qu’ils le sont. »

« Nous cherchons toujours des fonds pour passer les prochaines années, poursuit Bosun Tijani, fondateur du Nigeria HUB – Co-creation Hub. Un hackerspace est difficile à gérer comme une entité purement commerciale, ceux que tu trouves en Afrique sont conduites comme des entreprises sociales et non profit. Attirer des fonds est difficile et nécessite une bonne compréhension de sources de financement, et du modèle de l’entreprise sociale, mais les meilleurs cas pratiques surgissent en Afrique. Il y en aura donc de plus en plus. »

« Dans tout endroit où il y a du sous-emploi, les gens pensent peut-être automatiquement que ce sera un challenge de commencer une organisation qui a des dépenses mensuelles fixes (loyer, électricité, Internet) », poursuit Mitch Altman. De fait, il est déjà énergivore, coûteux et parfois stigmatisant de monter un hackerspace dans des démocraties.

Et côté stigmatisation, ce qui est vrai en Europe ou aux États-Unis l’est aussi ici sur ce continent connu pour ses dictatures et régimes autoritaires. « Certainement, quand les gens craignent leur gouvernement, cela rend les gens prudents sur le fait d’être vus comme appartenant à un groupe qui fait ensemble des projets créatifs », avance Mitch Altman. Et ce ne sont pas les petits gars de Telecomix qui diront le contraire : Ben Ali en Tunisie et Moubarak en Égypte en savent quelque chose.

Que mille hackerspaces fleurissent

L’obstacle économique n’en est pas un pour Mitch Altman : « ce que les gens commencent à réaliser partout dans le monde, c’est que dans les pays pauvres, les dépenses mensuelles sont faibles, et donc commencer un hackerspace est en réalité plus facile dans les zones pauvres. C’est pourquoi en ce moment, il y a un fort intérêt. Depuis que nous avons programmé notre voyage, il y a moins d’un mois, de nombreuses personnes m’ont contacté en disant qu’ils voulaient commencer un hackerspace en Afrique. » Un point de vue que Tarek Ahmed corrobore :

Nous avons plus que tout autre besoin de hackerspaces car c’est parfait pour des pays qui ont des problèmes économiques.

hackerspaces

Et si les espaces sont faciles à monter, la dynamique devrait s’enclencher : « L‘accès et les espaces collaboratifs communautaires sont la clé pour que les hackerspaces se développent », estime Emeka Okafor. « Face au challenge, des gens créatifs et qui réfléchissent se rapprochent pour accepter le défi, rajoute Mitch Altman. Quand l’opportunité existe de se rassembler dans des communautés qui apportent du soutien, ces gens voient qu’ils peuvent aider, et sont enclins à aider. Les hackers du monde entier, y compris dans des pays où les leaders autoritaires perdent leur capacité à se faire obéir, trouvent des façons de se rassembler pour maintenir la communication quand les chefs coupent les infrastructures. Cette manière de se rassembler tend à consolider la communauté, et ainsi la scène hacker va croître vite dans des pays comme l’Égypte et partout dans ce Printemps arabe. »

Pour un hack pragmatique

Moins exalté, Bosun Tijani, souligne surtout que les hackerspaces où se développent des solutions à des problèmes concrets, quitte à recadrer les rêveurs :

Nous avons beaucoup de hackers ici qui réinventent la roue, notre façon de les encourager consiste à les amener à se centrer sur des problèmes réels et la meilleure façon, c’est de les mettre avec des gens qui comprennent les problèmes réels, c’est notre raison d’être. L’intérêt pour les hackerspaces croîtra en continuant de démontrer le bien qu’ils peuvent apporter à l’Afrique. Nous devons cultiver la culture de l’utilisation des connaissances dans le cadre de problèmes locaux et les hackerspaces encouragent l’application des connaissances et de nouvelles façons de résoudre des problèmes.

Et de citer des projets tels que www.ideas2020.com. Sur cette plate-forme de crowdsourcing, les citoyens déposent leurs idées pour “The Vision: By 2020″, qui entend faire du Nigeria une des vingt puissances mondiales d’ici 2020.

« Pour que les hackerspaces s’enracinent en Afrique, des raisons convaincantes comme l’utilité et la pertinence concrète doivent faire partie de l’équation, leur but en moyenne aura besoin d’être plus pragmatique, poursuit Emeka Okafor. Il y a une chance que les gens que nous voyons à Afrilabs ((un réseau d’incubateurs de technologie) propageront les hackerspaces, à travers leur implication dans le hardware open source. »

africa-makerfaire.hacker-1-e1318325708140

Un côté pratico-pratique qui explique sans doute que les rares hackerspaces listés sont en fait plutôt des espaces de co-working, en phase avec le monde « réel », entreprise compris, et ne se nomment pas des hackerspaces. C’est le cas du Nigeria HUB – Co-creation Hub.  S’il porte ce nom, ce n’est pas pour éviter de faire fuir les gens avec le terme « hacker », comme l’explique Bosun Tijani :

Hackerspace désigne plus pour nous un espace pour les geeks et le nôtre porte davantage sur la façon dont les Nigériens peuvent co-créer des solutions aux problèmes sociaux en utilisant la technologie. Donc l’accent est davantage sur les problèmes qui sont abordés, l’intelligence collective des gens, puis la technologie comme un outil. Nous croyons que mettre l’accent sur les problèmes et les besoins nous aidera à créer des outils technologiques qui peuvent servir pour des problèmes réels et aussi promouvoir le pouvoir de la technologie, sinon le hack n’est pas fini. Donc HUB – Co-creation Hub n’est pas uniquement pour les geeks et les ingénieurs mais aussi pour les entrepreneurs, les professeurs, les docteurs, les investisseurs, et toute personne intéressée par la façon dont la technologie peut aider ou fournir des idées sur l’utilisation potentielle pour traiter des problèmes sociaux.

Pays du Printemps arabe, Kenya, Nigeria…

Outre les pays du Printemps arabe, Emeka Okafor voit aussi un fort potentiel dans des pays d’Afrique subsaharienne, comme le Nigeria, le Kenya, le Ghana, la Côte d’Ivoire et l’Ouganda : « ils sont jeunes, enthousiastes, curieux de technologie et relativement libres. » On parie en particulier sur le Kenya [fr], en plein boom technologique, contrairement à ce que nos clichés d’Occidentaux nous font croire. C’est ici qu’a été développée Ushaidi, plate-forme de suivi de crise.

Africa-makerfaire-affiche-hacker-550x589-e1318325591815

Emeka Okafor affirme aussi sa foi en l’individu plutôt que dans les gouvernements, « trop lents », ou des individus réunis dans des projets via Kickstarter par exemple. Et lorsqu’il affirme que des gens comme Jean Katambayi Mukendi vont prospérer dans les hackerspaces, on le croit sur parole, d’un œil sur la bio de ce jeune plasticien congolais : « Passionné par la technique, la mécanique, la géométrie, et surtout l’électricité, il réalise ses premiers travaux à partir de l’adolescence et expose dans son pays à partir de 1990. L’électricité se présente comme un axe central, philosophique, technique, politique, illustrant les difficultés que l’Afrique connaît en ordre général. Jean Katambayi réfléchit les problèmes de société à travers cet angle, rappelant que chaque individu manipule régulièrement les dispositifs, non sans danger, pour obtenir lumière, chaleur, télévision, etc. Le rapport étroit de celui-ci avec le système électrique, s’annonce comme l’inverse des pays développés ; un lien plus que direct et néanmoins extrêmement précaire. »

Grâce au réseau mondial, l’aide viendra aussi des pays occidentaux, à l’image de Mitch Altman et Bilal Ghalib (de All Hands Active hackerspace à Ann Arbor, MI), qui ont lancé avec succès une campagne de dons qui leur a permis de venir jouer les Père Noël :

« Nous sommes là pour partager notre longue expérience avec toute personne qui souhaite monter un hackerspace dans sa ville.  Un grand bénéfice de la campagne Kickstarter a été de répandre l’appel. Avant MFA, nous avons organisé deux rencontres sur les hackerspaces, pour préparer les gens à monter et rejoindre un hackerspaces. Et il y en aura deux autres avant que nous partions. J’ai enseigné à environ 300 personnes à souder (moi-même) durant un atelier qui a duré trois jours, avec des kits et des fers à souder achetés avec l’argent des dons.  Le nouveau hackerspace du Caire a assemblé la MakerBot, donnée par MakerBot Industries, ainsi que l’Egg-Bot, donnée par Evil Mad Scientist — et ils ont fait des ateliers d’impression 3D. Minal a donné des ateliers de fabric painting. Bilal a donné plusieurs ateliers Arduino avec des Arduino donnés par un nouveau magasin local d’électronique, Future-Electronics. »

Et on est tenté de donner raison à son enthousiasme à la lecture de ces quelques mots de Tarek Ahmed :

Nos grands-parents ont construit de grandes choses comme les pyramides, puis tout a stoppé. Mais nous ramènerons la grandeur en Égypte.


Photos de Makerfaire Cairo par Mitch Altman [cc-by-sa]
Illustrations officielles du festival disponible sur http://makerfaireafrica.com

Billet initialement publié sur Owni.fr

Version anglaise

[Archives] Le WiFi libre dans les actes

Camp d'été des hackers catalan et de la communauté WiFi Guifinet. Les conférences ont lieu en pleine nuit.

Camp d’été des hackers catalan et de la communauté WiFi Guifinet. Les conférences ont lieu en pleine nuit.

Juillet 2011. Sur un terrain de football perdu au milieu des volcans pyrénéens la Guifineta profite du soleil pour se recharger. Cette petite camionnette de l’association Guifi.net, équipée d’un panneau solaire, d’antennes WiFi, de petits routeurs et autres câbles, parcourt les routes de Catalogne pour connecter les nouveaux utilisateurs d’une des plus grande communautés WiFi en Europe.

Une trentaine de hackers, informaticiens et associatifs se sont réunis dans ce camp d’été de Garrotxa, crée en 2008 par Blackhold, une administratrice système de Guifi.net. L’objectif ? Parler réseaux, technologies sans fil, routage et bidouillages en tout genre, du coucher du soleil jusqu’à 4 heures du matin. De l’autre côté des Pyrénées, les conférences (xarlas) ont lieu la nuit, et le seul moyen de connecter la petite communauté à Internet dans cette zone montagneuse est le WiFi.

Guifi.net est né en 2004 en Catalogne, de la réunion de plusieurs projets qui cherchaient des moyens de connecter les habitants des zones blanches, ces régions rurales, montagneuses ou désertiques non desservies par les infrastructures des opérateurs par manque de rentabilité : “Nous avions commencé à bidouiller des installations en WiFi chacun dans notre coin dès le début des années 2000, explique Jose Legido, un des leaders de la communauté. Tout le monde allait vers le même but, nous avions juste à mettre nos ressources en commun pour être plus forts.”

La Guifineta, camionette de l'association Guifi.net, parcours la catalogne pour connecter les usagers.

La Guifineta, camionette de l’association Guifi.net, parcours la catalogne pour connecter les usagers.

Une stratégie qui paie puisque la petite association est devenue aujourd’hui l’un des FAI associatifs les plus dynamiques d’Europe. Tout va très vite, des premières connections locales vers un réseau de niveau régional fortement développé en Catalogne et qui s’exporte dans d’autre régions d’Espagne comme l’Andalousie et Madrid. De 5000 noeuds en 2008 on passe à près de 15000 noeuds en 2011, et le réseau ne cesse de s’étendre avec l’installation de fibre optique sur tout le territoire et des partenariats avec des petites municipalités.

L’intérêt ne réside pas seulement dans le fait de profiter d’une connexion gratuite à Internet, mais aussi de participer à la construction d’un réseau qui appartient à tous ses membres. Comme beaucoup de membres présents au camp pendant ces trois jours, José a participé au développement du logiciel qui permet permet de voir la zone où il se trouve en relief, et d’y repérer sur une carte les antennes WiFi qui sont dans sa ligne de mire.

Le camp d'été des hackers catalans et de la communauté WiFi Guifinet. Juillet 2011, Garrotxa, Catalogne.

Le camp d’été des hackers catalans et de la communauté WiFi Guifinet. Juillet 2011, Garrotxa, Catalogne.

L’association est aussi soutenue par une fondation, créée en 2008 et qui lui apporte un soutien juridique et financier : “nous avons obtenu au bout de trois ans des fonds – 50 000 euros- de la Generalitat de Catalogne pour créer notre fondation en 2008”, explique Jose Legido.

Et c’est le fondateur de Guifi, Ramón Roca, qui monte au créneau lorsqu’il s’agit d’aller défendre la neutralité du net sur le terrain politique ou de militer pour la libéralisation du spectre électromagnétique au sein de l’Open Spectrum Alliance ((Le groupe international Open Spectrum [en], composé majoritairement d’ingénieurs en télécommunication, milite ainsi auprès des gouvernements et des institutions internationales comme l’UIT (Union Internationale des Télécommunications, dépendant des Nations Unies) pour faire lever les licences sur les ondes radio.)).

Cette montée en puissance du secteur associatif dans les réseaux sans fil depuis le début des années 2000 s’explique notamment par la baisse des prix de l’électronique. Un routeur coûtait la bagatelle de quelques millions de dollars au début de l’Internet et prenait la place d’un frigidaire. Ils coûtent aujourd’hui entre 10 et 40 euros, et certains modèles n’atteignent même pas la taille d’un livre de poche, ce dont se félicite Jose Legido :

Aujourd’hui, un équipement pour se connecter en WiFi avec antenne et routeur coûte entre 70 et 150 euros. C’est un investissement très rentable quand on sait qu’on bénéficie ensuite d’une connexion gratuite à vie.

Dans le hackerspace C-BASE, décoré  sur le thème de l'espace. Inspiration Star Trek et Star Wars.

Dans le hackerspace C-BASE, décoré sur le thème de l’espace. Inspiration Star Trek et Star Wars.

Berlin, août 2011. Cven, vieux routard parmi les hackers, mal rasé, cheveux grisonnants attachés en une longue queue de cheval, sirote une bouteille de Club Mate, la boisson préférée des hackers, derrière le bar de C-Base, la station spatiale berlinoise, vaisseau amiral des hackerspaces situé au centre de Berlin. Illuminée de néons colorés et des images du dernier Chaos Computer Camp qui passent en boucle sur un écran géant, C-Base accueille aussi depuis ses débuts une des plus anciennes communauté WiFi en Europe, Freifunk (radio libre, en VF), créée en 2002 :

J’organisais plusieurs fois par semaine des ateliers pour montrer comment se servir des routeurs, des antennes, comment programmer le logiciel. La technologie a beaucoup évolué depuis dix ans. Aujourd’hui, tout tient dans une petite boîte, il suffit juste de brancher des fils et d’installer l’antenne.

Un des premier routeur WiFi de Freifunk, la communauté WiFi de Berlin, au hackerspace C-BASE.

Un des premier routeur WiFi de Freifunk, la communauté WiFi de Berlin, au hackerspace C-BASE.

Pour Cven, l’enjeu était technique, mais également politique : « la partie Est de Berlin avait des problèmes de connexion entre le cuivre et la fibre et beaucoup de gens ne pouvaient pas avoir accès à Internet. » A la même période, Juergen Neumann, co-fondateur de FreiFunk, rencontrait de son côté les pionniers du WiFi en Europe, et la communauté londonienne de consume.net :

L’idée était de fonder une méta-communauté la plus décentralisée possible pour échanger et partager nos savoirs avec d’autres communautés en Europe et dans le monde. Nous voulions innover, rechercher, créer, échanger, en mode DIY (ndlr : Do it Yourself) et open source.

Cven ajoute, très fier : « Nous avons créée notre propre logiciel, le FreiFunk Firmware, utilisé partout dans le monde, mais également notre propre protocole de routage B.A.T.M.AN. » En l’espace de quelques années, la communauté des hackers berlinois a de fait créé un modèle qui s’est exporté dans le monde entier : ses avancées techniques -sur les routeurs et les antennes-, leur conception -ils ont travaillé avec des designers- et la coordination de rencontres internationales des communautés WiFi de Copenhague à Dharamsala en 2006 font encore aujourd’hui référence.

Très vite ces communautés de réseaux sans fil communautaires (on en dénombre une quinzaine en France) ont rédigé des règles de bonne conduite, des constitutions qui définissent ces réseaux ((Freifunk a ainsi doté son projet d’un accord de peering entre utilisateurs, baptisé le Pico Peering agreement.)). Les utilisateurs sont d’accords pour partager leur connexion et faire circuler les données entre eux, sans porter atteinte aux contenus.

En 2005, Ramon Roca, fondateur de Guifi.net et aujourd’hui Président de la fondation, publia de son côté en 2005 le Comuns Sensefils (Wireless Commons License, en anglais, licence des biens communs sans fil, en VF). Tous les textes de ces réseaux associatifs, décentralisés, porteur de la culture du et des valeurs du culture Libre, ont une valeur universelle et peuvent être repris et adaptés par n’importe quelle communauté dans le monde.

Reste à savoir si ces réseaux communautaires connaîtront le succès des logiciels libres ou encore des Creative Commons. Pour Rop Gonggrijp, fondateur du premier fournisseur d’accès à Internet XS4ALL, l’avenir appartient aux petites structures, décentralisées et flexibles. « Le FAI du futur ressemblera plus à celui des années 90. Nous nous éloignons de l’individualisme et du modèle des grandes structures et les communautés qui survivront seront celles qui auront créé leurs propres réseaux. »


Publié initialement sur OWNI.FR en septembre 2011 sous licence CC-bybncsa/nd. Photos par Ophelia Noor, cc-by-nc-nd. Camp d’été SCG, Garrotxa, Juillet 2011 et  au hackerspace C-Base, Berlin, Août 2011.

À lire aussi : Le WiFi libre entre en résistance

[Archives] Espagne Labs : inventer la démocratie du futur

image-clef-graphique-espagne

 

Des assemblées numériques reliées entre elles, un réseau social alternatif, des outils open source et des licences libres en support, le tout coordonné au niveau technique par des hackers. Les acampadas du 15M se préparent à la globalisation du mouvement.

Ne croyez pas que le mouvement espagnol s’étiole, bien au contraire ! Il entend passer à la vitesse supérieure, conscient de ses défauts et de ses qualités, et des décisions nécessaires à prendre pour avancer, sur le plan de l’organisation et de la logistique. La révolution, le changement, sont dans la rue et sur les places des quartiers. Mais c’est aussi sur les réseaux que se joue la partie la plus intéressante du mouvement, lancé par la manifestation du 15 mai dernier.

¡HackSol!

Dès la formation d’acampadasol1 et dans les jours qui suivent, les hackers de Madrid décident de prêter main forte au mouvement. Ils créent rapidement les outils de base qu’ils mettent à disposition de leurs compagnons comme les deux blogs WordPress tomalaplaza et tomalosbarrios. Dans le bar du Patio de las Maravillas2, rempli de lycéens bruyants, Dani raconte la naissance du collectif :

Le groupe Hacksol a surgi de lui-même de l’acampadasol. Nous nous sommes très vite rendus compte à l’ampleur du mouvement, qu’il y aurait une montagne de choses à gérer au niveau technologique.

Le patio est un centre social et culturel autogéré, dans le quartier de Malasaña, berceau de la movida espagnole. L’immeuble est désaffecté, tout en travaux inachevés. Certains étages sont vides, d’autres accueillent des services sociaux, des réunions de quartier ou d’association, des ateliers artistiques, des cours d’espagnol ou des projections de films. Hacksol3 réunit également des programmeurs, des graphistes et des étudiants dont une partie sont au chômage. Les hackers apportent au mouvement leur expertise technique, numérique, et gèrent les infrastructures web du mouvement, des serveurs aux listes de courrier.

espagne-labs

Dani me présente à ses compañeros, Antonio et Charlie, hackers de leur état, dépassés par les évènements mais jamais à court d’idées et de ressources. Le nombre de participants sur le réseau monté par les hackers a quadruplé, les serveurs ont chauffé, et ils ont vite été débordés. L’extension du mouvement dans la rue en Espagne et à travers le monde, se reporte sur le web. La nécessité de transposer cette intelligence collective sur le réseau est devenue une priorité.

“Mettre l’intelligence collective sur le réseau”

Ils expliquent :

A partir de ces constatations, il a fallu repenser le réseau que nous avions construit dans l’urgence et créer de nouveaux outils.

Le blocage sur la levée du campement de l’assemblée de Sol les a également poussé à se poser la question de la prise de décision et du vote avec les commissions. La création d’une sous-commission de Hacksol, le groupe VOX, composé de programmeurs, de juristes spécialisés dans le droit sur Internet, de sociologues et de politologues ainsi que de toute personne souhaitant participer, sera chargée de penser et de développer les outils de la démocratie du futur et de changer et améliorer les processus de décision actuels. Pas simple mais passionnant, et entre les mains de tous les citoyens.

La particularité de notre génération de hackers à Madrid, est de s’être mêlés à la population depuis toujours. Nous ne sommes pas inaccessibles, au contraire ! Cela fait 15 ans que nous partageons nos connaissances avec les centres sociaux et associations culturelles de quartier, à travers le montage d’infrastructures web et d’ateliers de formation.

Antonio nous écoute parler en tapant sur son mini ordinateur couvert de stickers. Il dit qu’il croit au changement, mais pas à la révolution. “Les révolutions entraînent beaucoup de morts et aujourd’hui nous avons les outils pour agir pacifiquement et obtenir ces changements.” L’Espagne serait-elle le laboratoire numérique de la démocratie demain ? Dani embraye : “Nous nageons en pleine expérimentation, c’est la première fois que des millions de personnes dans un pays et dans le monde se réunissent autour d’une même cause, pour une démocratie réelle et participative, pour changer le système actuel.” Et Tonio d’ajouter, en souriant :

Hemos entrado en el Madrix4

Adieu Facebook, Twitter et Google : hola les outils alternatifs

Antonio a beau avoir l’air nonchalant il ne cesse de s’activer sur son ordinateur. Dans les cartons, le développement d’outils web, sous licence libre et open source, bien sûr, pour relier toutes les assemblées entre elles, au niveau local et national, avec les plateformes comme tomalosbarrios, mais aussi au niveau mondial avec une plateforme dédiée, Take the Square. En cours de finalisation, un téléphone 100% voIP permettra de se connecter dans le monde entier, gratuitement et d’envoyer des sms en masse. Un Skype de la culture libre, dont la béta est déjà prête, et développé avec le logiciel Linux Asterisk qui permet d’installer des centrales téléphoniques. Des listes de discussion et des Pirate-pad pour remplacer respectivement les google ou yahoo groups/documents. Et surtout, un réseau social alternatif et citoyen qui permettra de passer au-dessus de Facebook et Twitter.

espagnelabs

Les deux premiers seront utilisés pour la communication extérieure seulement, comme une vitrine. Mais le plus important, les discussions des assemblées, les prises de décisions, les groupes, les comptes rendus, passeront par un autre réseau social, non commercial, du nom de N-1 créé par et pour la communauté, par le réseau Lorea qu’OWNI avait rencontré au Hackerspace de Toulouse la semaine précédente. N-1 a été développé avec le moteur de réseaux sociaux Elgg avec dans l’idée d’avoir toujours ses propres plateformes et de contourner les réseaux sociaux commerciaux. Tout en continuant à les utiliser intelligemment… L’idée est bien de parvenir à une certaine autonomie technologique et que ces outils servent de base à d’autres assemblées dans le monde.

Madrid fourmille d’idées et l’Espagne de hackatons en série. Le premier commence cette semaine à Madrid avec des développeurs de Lorea venus prêter main forte à l’équipe madrilène. Un quatrième hacker, Luca, venu d’un hacklab italien et qui a passé quelque temps à Barcelone, compte s’installer à Madrid dès cet été, “au cœur de la révolution démocratique”.

Les hackers sortent de l’ombre

La nuit est tombée sur Madrid, le patio de las maravillas est rempli de monde. Il est temps de se diriger vers Sol, où les quatre hackers ont rendez-vous avec quatre personnes de l’acampadasol, de la commission communication, pour préparer la grande assemblée générale du lendemain soir. Une cinquantaine d’acampadas d’Espagne, et des acampadas internationales [#interacampadas]. Sur la place de la puerta del sol, toutes les tentes sont occupées et le petit groupe se repli sur une cafétéria à moitié vide, d’une rue adjacente. Les quatre filles et les quatre garçons discutent pendant plus de deux heures, et point par point, l’échange se fait entre les besoins concrets des assemblées de quartier et les propositions de Hacksol pour améliorer le système actuel. Pour la première fois demain, les hackers se présenteront officiellement à tout le monde et auront l’opportunité d’expliquer le fonctionnement et le but des outils mis en place sur Internet.

Le lendemain, après l’assemblée de quartier Los Austrias à la Latina, direction la Tabacalera, un autre centre culturel autogéré dans le quartier populaire de Lavapiès, au sud de la place Sol. Le bâtiment est imposant, la hauteur de mur sous plafond doit bien atteindre sept ou huit mètres, des bâches en plastique font office de rideau entre les différentes pièces. Ici une scène musicale, là un atelier de peintre, et dehors, des jongleurs, un potager, des installations d’artistes. Dans le hangar à côté, les acampadas sont en réunion depuis deux heures. 100 à 200 personnes se trouvent sur le site, donnant au lieu des airs de Demeure du Chaos.

À la recherche de l’autonomie technologique, Hacksol entre en scène sur les coups de 19h00, dans la nave trapecio, un grand hangar qui sert de salle de réunion. Ils font œuvre de pédagogie, expliquent la nouvelle organisation et les buts recherchés : décentraliser le mouvement – Madrid ne sera plus le point de passage obligé – et se répartir la charge sur la gestion des infrastructures web.

Chaque ville devra se mettre en contact avec des programmateurs ou des hackers de confiance. La red tiene que ser libre, tiene que ser nuestra (le Net doit rester libre, il doit nous appartenir)

Sont également abordées les questions juridiques et financières. Qui va payer pour les serveurs ? Qui sera responsable de la base de données des utilisateurs du réseau N-1 auprès de la Commission gouvernementale de la protection de données ? Qui prendra la responsabilité juridique des contenus publiés sur le réseau ?

espagnelabs

Vient le tour des questions, où chaque acampada de Séville, Malaga, Algeciras, Oviedo, Donosti – et d’autres villes encore – fait part de ses besoins, mentionne les outils qu’elles utilisent déjà et en propose d’autres. La question du design des sites par exemple, est abordée par plusieurs acampadas et très rapidement, la décision est prise de mettre en place une coordination nationale des graphistes et des webmasters, avec une liste de discussion sur le modèle de celle qui existe déjà pour les programmeurs. Le représentant d’Algeciras invite même Hacksol à faire des ateliers de formation au web sur la plage pendant que celui d’Asturie précise qu’ils ont développé une application de co-voiturage qui pourra être mise à disposition de tous. Un autre propose d’utiliser des plateformes de crowdsourcing pour financer les coûts technologiques. L’ambiance est à la fois studieuse et bon enfant. L’assemblée prendra fin sur les coups de 23h00.

Ils ont bien en tête que les infrastructures et outils qui sont développés maintenant doivent pouvoir servir à tous, en Espagne et dans le monde entier. Pour eux il est évident que le mouvement va s’étendre et que les places vont se coordonner entre elles. Et que le changement viendra.


Texte et vidéos par Ophelia Noor.

Article initialement publié sur Owni.fr