Emeka Okafor : « I’m very much for the localization of the maker movement »

emeka-okafor-TEDX

Emeka Okafor at TEDGLOBAL 2012 in Scotland. Photo Ryan Lash for TED (ccbync)

Since 2009 Maker Faire settled in Africa. In 2011, its 3rd edition took place in Cairo, Egypt. We interviewed Emeka Okafor, an entrepreneur from New York, and initiator of the Maker Faire Africa (MFA). Here is an excerpt, about a sore point : isn’t there a form a cultural and technical neo-colonialism at work ?

Before we start, a focus on the terminology for the newbies : what’s the difference between an hacker and a maker ? Both terms are often mistaken : both communities are very close and favor creativity, ingeniosity, sharing. Makers however focus more on hardware whereas hackers can also work on software. Historically speaking, it is their playing field, since back at the M.I.T in the sixties. It is also said that hackers are more subversive than makers : hacking is a state of mind that applies to all fields, and particularly the political one with a strong stance on everything that concerns digital freedoms. Finally, hackers also enjoy taking the beaten paths.

All of this of course, is merely theoretical, all that really matters is what we do.

One could easily object that the western hacking community is applying its views and ways – even sometimes with commercial purposes – to the African one. For instance, take MakerBot, they donated a 3D printer to Maker Faire Africa in Cairo last year. Even the word « hacking » itself is an western one, the figure of the maker is strongly tied to american history, as a self-made country. The people of Africa could use or create their own words, they might already have ones and we don’t even know about it. What do you think ?

I think you bring up a very very important subject, and this is something we like to emphasize within the places we go [with Maker Faire]. We don’t see this as someone coming in and saying “this what making is”. More often than not, the making was occuring there, before we arrived and called it « making ». So if anything, I personnally see making as empowering those already on the ground, and giving them a platform to talk about the importance of what they are doing as opposed to coming in from New York or London or Paris and trying to tell people “this is what making is”.

And I think it is important, when we look at Lamba Labs, when I have had discussions with people like Bilal [Ghalib, ed. is an american of iraqi origin who helps communities set up hackerspaces with his organization Gemsi] and some of my other colleagues like Jennifer Wolfe [ed . a designer, member of MFA] , one of the things we emphasize is the need to reappropriate the name and have the people there understand it and understand it as they feel they should understand it. It’s not about what happens in San Francisco or London, or Moscow, it has to be how people in Tunis or Cairo see it.

makerfaire africa

L’imprimante 3D offerte par MakerBot pour Maker Faire Africa 2011 au Caire. Image CC Flickr CC by sa maltman23

I am not familiar with Egypt, I am somewhat more familiar with places like Nigeria, and one of the thing that I see as a similarity between many of these countries, is that there’s always a need to think that it’s better if it’s from the outside. Or that it is of a higher standard, and we overlook the brilliant work that has been done on the ground.

So, if we are to look at where hacking and making come from and at these labs and spaces growing in the future and the thinking around it, it should be about recovering what we already have. And even choosing its own name for it. I would like to see events like Maker Faire Africa that are not called Maker Faire Africa, that are based on beautiful, evocative, national terms. It’s really important that people do not see this as something that is foreign, because even here in the United States of America, many people when you say « making » will tell you « we’ve been doing it for years, what’s the big deal ? » That kind of conversation is even happening here in the USA.

Design pour l'édition 2012 de Maker Faire Afric au Caire par Jennifer

Design pour l’édition 2012 de Maker Faire Africa au Caire par Jennifer Wolfe

So I think whether it’s in Cairo or in Beirut, in Lagos, in Kenya, or in India, people need to say essentially that this is about us being creative in a broad range of fields and admiring what we do. If you go to a Maker Faire in New York City, you see people from the local food community, being proud of the food they make. Why can’t that be happening in Cairo, why can’t we have the crafts people from the rural parts of wherever in Middle East or North Africa reexamine what they’re doing and then reblending that with what is new and create something that is unique ?

So I am very much for the localization of the maker movement and the orientation towards assessing and valuing  what each country, what each region, each culture has, that is unique to them and celebrating  it.


Taking it further :

Emeka Okafor’s blog, Timbuktu Chronicles

When consumers become creators

Tinkers, Hackers, Farmers, Crafters

Africa, the new craddle of hacking


Surely there are many typos, don’t kick us, we’re not sub-editors nor professional translators, we do everything ourselves with our two pairs of hands and eyes 🙂 Point them – the typos huh – out to us gently, in the comments or by email hackerscitearabe [at] gmail [dot] com.

Support our project ! Show your ❤ ❤ ❤ on KissKissBankBank !

Emeka Okafor : « Je prône la localisation du mouvement maker »

emeka-okafor-TEDX

Emeka Okafor at TEDGLOBAL 2012 in Scotland. Photo Ryan Lash for TED (ccbync)

Depuis 2009, Maker Faire, ce concept de grande foire aux bidouilleurs né aux États-Unis, s’est installée en Afrique. En 2011, sa troisième édition a eu lieu au Caire en Égypte. Nous avons interviewé Emeka Okafor, un entrepreneur New Yorkais à l’origine des Maker Faire Africa (MFA). Extrait, portant sur le sujet qui peut fâcher : une forme de néo-colonialisme technique et culturel n’est-il pas à l’œuvre ?

Petit point de vocabulaire pour les néophytes : quelle est la différence entre un maker et un hacker ? Les deux termes sont souvent confondus, non sans raisons : les deux communautés sont proches, prônent la créativité, l’ingéniosité, le partage. Les makers en revanche se concentrent sur les objets physiques, le hardware, alors que le hacker peut s’exercer aussi sur le logiciel, le software. Historiquement, c’est son terrain de jeu initial, au MIT dans les années 60. Et les vrais hackers ont quelque chose de plus subversif que les makers : au fond, le hacking est un état d’esprit qui s’applique à tous les champs, jusqu’au politique, exhalant les libertés numériques, et en particulier la liberté de circulation de l’information. Il apprécie aussi davantage les chemins de traverse.

Tout cela est bien sûr théorique et ce qui compte, c’est ce que font les gens.

makerfaire africa

L’imprimante 3D offerte par MakerBot pour Maker Faire Africa 2011 au Caire. Image CC Flickr CC by sa maltman23

On pourrait objecter que la communauté des hackers occidentaux plaque son point de vue et ses façons de faire, parfois avec des visées commerciales, à celles de l’Afrique. Par exemple, l’entreprise américaine MakerBot a fait don d’une imprimante 3D à MFA au Caire. Le terme hacking lui-même est occidental, la figure du maker est liée à l’histoire des États-Unis, avec cette image d’un pays qui s’est fait lui-même, le self-made man. Qu’en pensez-vous ?

Vous évoquez un point très, très important. C’est quelque chose que nous aimons souligner dans les endroits où nous allons : le but n’est pas de débarquer de New York, Londres ou Paris et de dire « faire du making, c’est ça ». La plupart du temps, il y avait déjà du making dans ces pays, avant qu’on arrive pour l’appeler ainsi. Personnellement, je considère que le making consiste à valoriser ceux qui sont déjà sur place, et à leur donner une plate-forme pour qu’ils puissent discuter de l’importance de ce qu’ils font.

Et je pense que c’est important, prenez Lamba Labs, à Beyrouth : en discutant avec des gens comme Bilal (Ghalib, ndlr, un Américain d’origine irakienne dont l’association Gemsi aide à créer des hackerspaces dans les pays en développement), et d’autres collègues comme Jennifer Wolfe (une designeuse, membre de Maker Faire Africa, ndlr), ce sur quoi nous insistons, c’est la nécessité de se réapproprier le terme et que les gens de là-bas le comprennent, et le comprennent de la façon dont ils ont le sentiment qu’ils devraient le comprendre. Pas ce qui se passe à San Francisco, à Londres ou à Moscou, il faut que ce soit comme les gens le voient à Tunis ou au Caire.
Je ne suis pas familier de l’Égypte, davantage avec des endroits comme le Nigeria, mais le point commun entre ces pays, selon moi, c’est qu’ils éprouvent toujours le besoin de s’imaginer que c’est mieux si ça vient de l’extérieur, ou que c’est de meilleure qualité, et nous ignorons le travail brillant qui y est fait.

Donc si nous observons le hacking et le making, ces labs et ces lieux qui vont pousser dans le futur, et la réflexion autour, l’objectif devrait être de rétablir ce qui existe déjà. Et même de trouver son propre nom à ces pratiques. J’aimerais voir des événements comme Maker Faire Africa qui ne s’appellent pas Maker Faire Africa, basés sur de beaux termes nationaux évocateurs. C’est vraiment important que les gens ne considèrent pas cela comme un phénomène étranger. Car même ici aux États-Unis, beaucoup de gens, quand vous dites “making”, ils répondent : “on fait cela depuis des années, et alors ?” Cette conversation a aussi lieu ici.

Design pour l'édition 2012 de Maker Faire Africa au Caire par Jennifer

Design pour l’édition 2012 de Maker Faire Africa au Caire par Jennifer

Je pense que, que ce soit au Caire, à Beyrouth, à Lagos, au Kenya ou en Inde, les gens ont besoin de dire : au fond, la question c’est que *nous* exercions notre créativité dans un champ large, et que nous admirions ce que nous faisons. Si vous allez dans une Maker Faire à New York, vous verrez des gens issus de la communauté de la cuisine locale, qui sont fiers de ce qu’ils produisent spontanément. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir la même chose au Caire ? Pourquoi les artisans à la campagne dans n’importe quel endroit au Moyen Orient ne réexaminerait-il pas les raisons pour lesquelles ils fabriquent pour remixer avec ce qui est nouveau et créer ainsi quelque chose d’unique ?

Je prône la localisation du mouvement maker, l’appréciation et la valorisation de ce que chaque pays, chaque région, chaque culture, possède, qui leur est propre, et sa célébration.


Pour prolonger 

Le blog d’Emeka Okafor, Timbuktu Chronicles

When consumers become creators

Tinkers, Hackers, Farmers, Crafters

L’Afrique, berceau de la bidouille

Il est possible que cet article contiennent des fôtes. Pas taper, on n’est pas SR et on gère tout avec nos quatre mimines, mais plutôt le signaler gentiment en commentaire ou pas mail hackerscitearabe [at] gmail [dot] com.

Soutenez notre collecte sur Kiss Kiss Bank Bank !