[Archives] Relents tunisiens d’ACTA

Le Parti Pirate tunisien et ses amis sont mobilisés contre l’inscription de la propriété intellectuelle dans la Constitution. Cet été, une campagne soutenue par le Département d’État américain, alertait les citoyens contre les « dangers » de la contrefaçon.

CLEF-Acta-Tunisie-episode-2-cc-owni-copie

Inscrire la propriété intellectuelle dans la Constitution tunisienne, en voilà une idée saugrenue et inquiétante qui mobilise le Parti Pirate local, T’Harrek et Fi9, deux groupes autonomes œuvrant pour renouveler la démocratie, et HackerScop, la coopérative de travailleurs montée par le hackerspace de Tunis. Ce samedi, ils organisaient une table ronde de sensibilisation avec des cinéastes et des vendeurs de DVD. Elle fait partie de leur contre-opération, baptisée “el fikr mouch milk”, “l’idée n’est pas une propriété”.

Actuellement, le pays est en transition. Suite au départ du dictateur Ben Ali en janvier 2011, une assemblée a été désignée pour rédiger une nouvelle Constitution, avec le 23 octobre dernier comme date butoir. Si l’objectif n’est pas complètement atteint, une partie a déjà été dévoilée. L’article 26 est clair :

La propriété intellectuelle et littéraire est garantie.

“On sentait que ça venait de l’extérieur”

Cet été, les Tunisiens ont vu surgir une “campagne nationale de sensibilisation sur la contrefaçon en Tunisie”, Bidoun taklid, littéralement “sans contrefaçon”. Mais ce n’est pas un plagiat de la chanson de Mylène Farmer. Empreinte de main rouge sang en guise de logo, fond noir et gris anthracite, musique du spot radio dramatisante, la Tunisie a aussi peur que la France de Bruno Gicquel.

Azza Chaouch, membre de hackerspace.tn et étudiante en droit, se souvient :

On ne comprenait pas d’où ça venait, en Tunisie, la contrefaçon fait vivre plein de monde, veulent-ils plus de chômeurs ? Et ils ont mis les moyens : il distribuait des tracts à la gare, avec du beau papier, ils ont un site. On sentait que ça venait de l’extérieur.

De fait, ça vient en partie de l’extérieur. Lancée officiellement par le Centre des jeunes dirigeants  de Tunisie (CJDT), a reçu le soutien du bureau méditerranéen du Middle East Partnership Initiative. Le MEPI, qui n’a pas répondu à nos questions, tout comme le CJDT, est un outil du soft power américain financé par le Départment d’État américain. Logique, selon Slim Amamou, l’emblématique figure de la révolution tunisienne, membre du Parti Pirate :

La propriété intellectuelle est une politique d’État pour les États-Unis. Les ambassadeurs américains sont tenus de présenter un rapport chaque six mois sur l’avancement du pays dans lequel ils sont en termes de propriété intellectuelle.

Et de pointer vers un des câbles diplomatiques fuités par WikiLeaks sur le climat de l’investissement début 2010. Il souligne les efforts de la Tunisie pour rentrer dans le rang :

Bien que le concept et l’application de la protection  de la propriété intellectuelle en soient encore à leurs débuts, le gouvernement fait des efforts pour susciter une prise de conscience et a accru son effort de régulation dans ce domaine.

Car la Tunisie est un pays où la contrefaçon de biens matériels fleurit, ce qui lui vaut d’être sous la pression depuis plusieurs années de la part de l’OMC. Le pays est en effet membre de l’Organisation mondiale du commerce depuis 1995, organisme international où les États-Unis pèsent de tout leur poids. La législation a déjà évolué dans son sens avec une batterie de lois en 2001.

Et son soutien direct n’est pas nouveau. Le câble évoque “une initiative soutenue par le gouvernement américain, mise en œuvre par le ministère du Commerce, en lien avec le United States Patent and Trademark Office  (USPTO) [qui] fournit une formation aux fonctionnaires dans le champ du renforcement de la régulation de la propriété intellectuelle.” Et d’enchainer sur l’annonce d’une nouvelle législation dans le sens des États-Unis.

Faire peur

La chute de Ben Ali ne semble pas avoir diminué l’influence états-unienne dans le domaine. L’argumentaire rappelle celui d’ACTA, le traité anti-contrefaçon initié par les États-Unis et le Japon, négocié en secret, jugé liberticide et rejeté à ce titre par le Parlement européen cet été. De façon habile, la culture n’est pas pour le moment dans leur collimateur : “notre campagne s’intéresse seulement a la contrefaçon de marques mais pas encore à la contrefaçon des autres matières de la propriété intellectuelle.”

En revanche, il met en avant les dangers pour la santé et la sécurité des consommateurs, plus à même de toucher le quidam :

Pour le consommateur la contrefaçon présente de grands dangers notamment sur sa sante et sa sécurité en fonction des produits contrefaits qu’il consomme ces produits peuvent aller des médicaments contrefaits aux jouets et pièces de rechange automobiles aux produits cosmétiques, d’électroménagers, d’habillement ou alimentaire qui ne respectent aucune norme de qualité.

L’impact économique est aussi souligné : “La contrefaçon se traduit par une perte de chiffre d’affaire et de bénéfice et par conséquent elle se traduit par une baisse de la rentabilité et la perte de certains marchés”, etc.

100 000 familles concernées

Par principe, le Parti Pirate est hostile à la notion de propriété intellectuelle. Slim martèle :

D’abord la propriété intellectuelle comme concept c’est une aberration. Ils veulent faire passer des gens qui copient pour des voleurs. La copie est un droit humain depuis le début de l’humanité. Point.

Quant à l’argument économique, encore faut-il connaître la nationalité des entreprises concernés. Pour les opposants au projet, cette inscription dans la Constitution ne ferait qu’aggraver l’économie déjà en berne :

Il est difficile de dénombrer le nombre exact des familles touchées par cette loi, mais nous savons qu’un minimum de 100 000 familles sont dépendantes de ses petits commerces qui vivent de la vente de DVD, ou de la vente des démodulateurs TV, ou encore des produits dérivés à bas prix venus de Chine reproduisant des technologies autrement trop coûteuses pour le marché tunisien.
Plus largement, les étudiants n’ont pas les moyens d’acheter des livres et apprennent grâce aux photocopies, et le public tunisien n’a pas les moyens de s’offrir les DVD originaux des grandes multinationales vendus à un prix exorbitant.

Pour échelle, le kebab vaut là-bas quatre fois moins cher qu’en France, alors acheter des titres sur iTunes… Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce que le centre commercial Galerie 7 et ses boutiques fleurant bon la copie de DVD ait pignon sur rue.

Capture-d’écran-2012-11-05-à-12.10.45

“Je ne m’habille plus, je ne regarde plus rien, ironise Azza. On gère notre quotidien grâce à la contrefaçon. Déjà aux États-Unis, ce n’est pas logique, alors ici… Comme dit Godard, ‘pour faire des films, il faut voir des films.” La citation ne déplairait pas à JLG, grand pourfendeur de la Hadopi.

Ses confrères tunisiens sont les premières cibles de cette contre-campagne, “parce que c’est le plus médiatique et parce que les cinéastes sont les plus virulents défenseurs de la propriété intellectuelle, justifie Slim Amamou. Nous avons commencé par faire du porte-à-porte chez les vendeurs de DVD. Nous leur avons fait signer une pétition contre la propriété intellectuelle”.

De la journée d’échange, il est sorti “une recommandation pour le secteur qui satisfait les cinéastes et évite la propriété intellectuelle”, se félicite l’activiste. Azza renchérit :

Il faut penser la Tunisie et pas imposer un modèle étranger.

“Introduire la notion de Propriété Intellectuelle dans la Constitution à pour unique but de faire disparaitre ce tissu économico-culturel, renchérit Slim, pour mettre en place un nouveau tissu sous le contrôle des multinationales.”

Durcissement ou pas, une chose est sûre : le site de Bidoun ne risque pas d’être pompé. Sauf à être fan de l’esthétique web des années 90.


Article initialement publié sur Owni.fr

Image Cédric Audinot pour Owni.fr

Publicités

[Archives] L’an II de l’hacktivisme tunisien

CLEF-hacker-tunisie-revolution-democratie-2-0-cc-cedric-audinot-owni

La communauté hacker tunisienne a initié de nombreux projets dans l’élan révolutionnaire de 2011. Mais derrière, les troupes ne suivent pas vraiment. L’heure est maintenant au recentrage pour que les espérances se concrétisent, enfin.

“Ce mercredi, je pars en Suède, développer Le Parti 2.0, mon projet de cyberdémocratie locale, l’Université de Malmö m’a accordé une bourse pour recevoir une formation”, nous annonce avec son sourire doux Aymen Amri, alias eon. Tee-shirt affichant le célèbre masque des Anonymous, ordinateur flanqué d’une tripotée d’autocollants hacktivistes, ce jeune Tunisien qui coordonne le premier hackerspace du pays veut voir dans cette opportunité la preuve que la communauté hacker locale ne s’est pas endormie sur son élan révolutionnaire.

Car les derniers mois donnent l’impression d’un certain essoufflement. “Nous nous sommes dispersés”, reconnait eon. “Nous avions plusieurs activités en parallèle, poursuit son ami Sarhan Aissi, aka Tux-Tn, nous avons dû en laisser certaines, n’ayant personne derrière qui suivent et qui participent.”

“L’euphorie du moment”…

Après la chute de Ben Ali le 14 janvier 2011, de nombreux projets ont été en lancés : le Parti 2.0 de Aymen et hackerspace.tn donc, ce dernier d’abord sous la houlette de Chemseddine Ben Jemaa aka Kangoulya ; le Chaos Computer Club tunisien, du nom de son célèbre et puissant homologue allemand ; OpenGov.tn, et OpenTunisia, des plates-formes qui s’inscrivent dans la lignée des projets de gouvernance ouverte et transparente ; TelecomixTN, inspiré de Telecomix tout court, qui défend la liberté d’expression ; et même un vrai parti, le Parti Pirate tunisien, affilié à ses homologues européens. Aymen rappelle le contexte :

La communauté existait déjà avant la révolution, sans être structurée, chacun était dans son coin. On se rencontraient sur IRC1, les mailing lists, Mumble2, c’était un mouvement perpétuel pour échapper à la surveillance.

Mais après le 14 janvier,  il a été très facile de créer une association.

aymen-amri-portrait-tunisie-mai-2012-019

Aymen Amri en mai 2012 à Tunis (DR)

Une “euphorie du moment”, pour reprendre l’expression de Tux-Tn, bien compréhensible. Mais la multitude des projets recouvre une poignée de personnes, qui peuvent enfin revendiquer le terme “hacker”, et non plus se cacher derrière le nom rassurant de “partisans du libre”. Un noyau dur qui peine encore à avancer.

Sans hackerspace fixe

Au début, il est question de créer des hackerspaces en lien avec des associations déjà existantes, tout en gardant l’autonomie. Hackerspace.tn ira ainsi poser ses ordinateurs chez Nawaat, emblématique blog collectif tunisien où s’exprimait l’opposition, avant d’en partir au printemps.

Et depuis, le hackerspace change de lieu chaque semaine, ce qui n’aide pas à progresser. Quant aux participants présents, “ça peut aller jusqu’à dix, comme ça peut être trois… “, détaille Aymen. Un open gov très, trop, resserré. Récemment, un des membres a envoyé un lien sur IRC vers le hackerspace design patterns, un précieux mode d’emploi pour monter et faire vivre ce type de lieu. “Deux ans après, pas trop tôt”, soupire fo0, un hacker français membre de Telecomix.

L’euphorie est d’autant plus grande que l’hacktivisme en Tunisie est le centre de l’attention dans le monde entier. OpTunisia, une opération de contournement de la censure menée par les Anonymous, a fait “le buzz”, comme dit Aymen. Cette avant-garde numérique se retrouve subitement entourée avec bienveillance.

En janvier 2012, le 4M réunit ainsi à Tunis la fine fleur franco-tunisienne des médias et du hacking, en partenariat avec CFI, Canal France International, une émanation du ministère des Affaires étrangères qui fait de la coopération sur le terrain des médias. Il est question de faire un espace co-working, sur le modèle de La Cantine. En avril, Richard Stallman, le gourou du logiciel libre, donne des conférences et fait la nique à Bull, qui a vendu des solutions aux dictatures arabes pour espionner les citoyens via sa filiale Amesys. Le Parti Pirate fait même son entrée, controversée, au gouvernement : Slim Amamou, une figure de l’opposition, devient l’éphémère secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports du gouvernement tunisien.

Mais depuis, pas grand chose de concret. La semaine dernière, Ounis, membre du hackerspace, déplorait sur IRC :

Nous essayons de sauver ce qui peut être sauvé. Nous planifions une réunion IRL le week-end prochain, Incha’ Allah
Je suis inquiet au sujet de ce que tu appelles “le noyau dur”. Nous ne sommes plus réactifs au sein de la communauté. Je ne veux pas que les efforts dépensés soient perdus.

Il suffit de jeter un œil sur les sites en question, ou au canal IRC, aussi désert que Tunis le premier jour de l’Aïd El Kebir (quelque chose comme la Moselle un 25 décembre, le froid en moins), pour constater qu’Ounis ne joue pas les oiseaux de mauvais augure.

Décalage

Mais il suffit aussi de trainer un peu dans la médina de Tunis pour constater le décalage entre les aspirations des hackers et les gamins pauvrement vêtus qui jouent dans des odeurs plus ou moins prégnantes de poubelles en décomposition, entre deux maisons aux peintures abimées pour une rénovée.

Heather Brooke, l’auteur de The Revolution Will Be Digitised, comparait dans The Guardian les hackerspaces aux cafés anglais du siècle des Lumières : un endroit de réflexion pour préparer les démocraties de demain, s’appuyant sur la participation d’une classe moyenne qui a accès librement à l’information.

Cela est sans doute vrai dans des pays comme l’Allemagne ou les États-Unis. Mais pour trop de Tunisiens, il semble évident que les soucis premiers sont ceux de base : travailler pour manger, s’habiller, avoir un logement décent. Le taux d’illettrisme est encore d’environ 20%. Alors l’Open Data… Et les débats sont surtout vifs à propos de la religion, en particulier depuis qu’Ennahdha, le parti islamiste, a remporté les élections en octobre 2011. Aymen acquiesce :

Parfois, nous sentons que nous sommes trop loin des intérêts des gens mais on essaye de rapprocher au maximum d’eux.

Le règne de Ben Ali n’a pas laissé sa marque que sur la situation socio-économique du pays. Le jeune homme plaide et espère :

Il manque la motivation, il n’y a pas vraiment  de volontariat, du temps de Ben Ali, les gens avaient peur de s’investir. Nous sommes dans la première année de démocratie, c’est pas vraiment facile mais il y a des gens qui veulent travailler.

Tux-Tn tient aussi à souligner les lenteurs de leur administration : “la création de l’association, la mise en place de l’infrastructure et les services ont pris beaucoup de temps, il faut prendre en compte la rapidité de l’administration tunisienne, pire qu’un modem 56K.”

Incubateur de start-ups collaboratif

Bref, c’est l’an 2 de la révolution, et si la gueule est un peu de bois, la petite communauté s’accroche. L’éparpillement appartient désormais au passé : un recentrage a été opéré sur le hackerspace, avec la création d’une structure mixte lucratif/non lucratif, Hackerscop.

Comme dans d’autres pays d’Afrique ou en Chine, hacker rime avec incubateur, impératif économique oblique : le lieu est utilisé pour aider l’éclosion de start-ups en mode collaboratif.

Avec derrière, l’idée de développer une économie autour du logiciel libre, avec le soutien d’une société de services en logiciels libres (SSLL), l’équivalent des SSII. “La priorité est d’organiser l’assemblée générale de l’association et de la mettre sur les rails”, souligne Tux-Tn. Se fixer et acheter du matériel figure en haut de la to-do.

they-fight-you-surf-internet-tunisie-hackerscope

La question de l’organisation, centrale, est aussi remise en cause :

On était un peu désorganisé, on ne voulait pas travailler dans un cadre hiérarchique, chacun participait librement. Il faut remettre de la hiérarchie, pour une meilleure efficacité peut-être. Nous divisons maintenant les tâches, et nous continuons d’essayer de recruter via des conférences et des événements liés au logiciel libre.

De son côté, Aymen collaborera avec le Parti Pirate sur son projet. La formation politique se présentera aux élections de 2018 et travaillera sur le droit citoyen d’accès à Internet, un axe complémentaire du Parti2.0.

Renfort de France

Le renfort vient aussi de France. L’association Action tunisienne développe ainsi avec eux un projet de maison populaire, au Bardo, dans la banlieue de Tunis. Hamza Abid, le vice-président de l’association, détaille son contenu :

Notre ambition est de créer un lieu de vie où les citoyens auraient à disposition un endroit pour s’initier à l’informatique (hackerspace, cryptoparty avec les hackers tunisiens qui se déplaceraient..), aux arts plastiques pour les enfants et les plus jeunes, alphabétisation pour les personnes âgées, club “sciences”, sensibiliser les Tunisiens pour qu’ils connaissent leurs droits, etc, et tout autre domaine qui les intéresserait. Notre rêve serait que cette maison populaire soit autogérée et autonome, que les personnes se l’approprient et y trouvent un intérêt réel.

fo0, très impliqué dans le projet, détaille leur marche à suivre, à la cool :

Cela se fera au feeling, aux rencontres, je vais faire deux aller-retours à Tunis tranquille, dont un avec Hamza plus ou moins prévu en janvier, toujours dans l’idée de susciter des initiatives. Ensuite si ça débouche sur dix gus dans un garage tunisien qui font des choses ❤


Billet initialement publié sur Owni.fr

Illustration par Cédric Audinot pour Owni.fr
Autres photos via Aymen Amri