Jay Cousins (icecairo) : « Le hacking est en haut de nos priorités » [FR/EN]

Jay Cousins travaille à icecairo, au Caire, un jeune espace de co-working/incubateur de start-ups green tech qui aura bientôt son laboratoire de fabrication. Cette structure, aidée par GIZ, l’agence de coopération allemande, est appelée à être déclinée dans d’autres villes, comme à Alexandrie.

Cet Anglais qui se décrit comme un « catalyseur de communauté », est revenu sur les liens que ICE entretient et souhaite développer avec les hackers. Extraits de notre entretien.

Jay-cousins-ice-cairo

« En général, nous souhaitons donner les moyens aux gens de résoudre leurs propres problèmes. iceairo est centré spécifiquement sur l’environnement mais on se concentre sur les technologies open source qui sont un outil d’habilitation et d’empowerment car un tas de problèmes ont déjà été résolus ailleurs dans le monde. L’open source et la mentalité hacker sont vraiment essentiels pour nous pour beaucoup de ce que nous faisons : « si tu n’aimes pas quelque chose alors change-le. »

Donc les deux vont vraiment main dans la main et ces espaces encouragent les gens à adopter cette approche, prendre la responsabilité de changer, d’améliorer leur environnement en se regroupant pour des activités ou en montant leurs propres projets dans l’électronique comme du suivi qualité, utiliser l’énergie solaire ou le biogaz. Ces systèmes sont construits sur des idées déjà existantes, des technologies open source appliquées avec du matériel approprié disponible sur place. Toutes ces choses ont le hacking, le fait de faire et de prendre de nouvelles approches à la base.

Nous essayons d’encourager cet esprit de collaboration, que les gens à partager ce qu’ils savent et ce qu’ils ont appris et construisent des choses ensemble pour qu’ils puissent élaborer leur propre business et résoudre leurs problèmes d’une façon qui soit économiquement viable. Le hacking est la compétence centrale que nous espérons développer avec le business, la collaboration et la communication, il y a un tas de choses différents qui se complètent mutuellement. Le hacking est vraiment en haut de nos priorités. »

« Business », le mot n’est pas tabou. Revenant sur la création récente d’icealexandria, qui partage locaux et projets avec un hackerspace (et son url Facebook) et des jeunes passionnés de robotique, Jay Cousins détaille l’approche de GIZ :

« Nous essayons d’avoir une approche plus commerciale qui puisse être durable pour créer ces opportunités. Donc les découpes laser leur seront louées, ce qui les encouragera à mettre en place des ateliers et à construire des produits ce qui les aideront à nous racheter ces outils. Il y a donc une pression pour démontrer que cela est économiquement viable.

C’est un exemple mais nous faisons cela pour chaque outil que nous leur donnons et tous les composant du hackerspace ou du fab lab – appelez-le comme vous voulez – doit être accompagné d’un modèle économique car autrement ce sont juste des jouets et je ne me sens pas à l’aise avec le fait de donner des jouets. Nous voulons que tout ce que nous donnons ait de la valeur, aide vraiment la communauté et lui permette de se renforcer. »

Une approche très pragmatique qui peut faire fuir les hackers les plus « puristes »…

Si les lecteurs soundcloud ne s’affichent pas dans votre navigateur, suivez ces liens :

http:// soundcloud.com/leshackersdanslacitearabe/interview-de-jay-cousins-de

http:// soundcloud.com/leshackersdanslacitearabe/interview-de-jay-cousins-de-1

Soutenez notre collecte sur Kiss Kiss Bank Bank

« Un impact fort sur la société et le système éducatif » [FR/EN]

Mahmoud El Safty, Février 2013.

Mahmoud El Safty, février 2013.

Mahmoud El-Safty a co-fondé le hackerspace de Gizeh et fab lab Egypt, le premier du pays, qui cohabitent dans les mêmes locaux à Gizeh, en banlieue du Caire. Ce jeune ingénieur au rire solide nous a fait part de sa foi dans les hackerspaces/makerspaces. Attention, Egyptian English, si vous êtes habitué à l’accent de la BBC, nous avons rajouté la traduction en français.

« Avoir des hackerspaces et des makerspaces où les gens peuvent acquérir une expérience pratique, partager des connaissances et mettre en œuvre leurs savoirs théoriques aura un impact fort sur la société et aussi sur le système éducatif et changera l’état d’esprit des personnes.
Quand les gens collaborent dans une ambiance fun, se réunissent non pas pour préparer des examens mais pour bosser sur des projets qui les passionnent, qui les intéressent, ils vont bien entendu les faire du mieux qu’ils peuvent.
Plus tard, beaucoup des projets sortis de ces lieux seront des produits et des start-up.
Il existe de nombreux logiciels et du hardware open source sur le marché qui sont issus des hackerspaces et makerspaces. »

Texte et son : Sabine

Photo : Ophelia Noor

Soutenez notre collecte sur Kiss Kiss Bank Bank